Sports

Renault ne veut pas que Volkswagen ait la vie trop facile en arrivant en F1

Les négociations sont en cours au sujet de la prochaine unité de puissance en F1, et certains manufacturiers encore non-engagés en F1, comme Volkswagen, se disent intéressés par la possibilité d’arriver dans le sport.

Mais les barrières technologiques à l’entrée sont élevées en F1, si bien que le groupe allemand demanderait quatre roues motrices et un moteur à quatre cylindres pour s’engager. Ce qui aurait pour conséquence d’augmenter les coûts de recherche et de développement, mais aussi de rabaisser l’avantage technologique acquis par les manufacturiers en spot.

Ainsi du côté de Renault et de Marcin Budkowski, directeur exécutif d’Alpine, on souhaite certes l’arrivée d’un autre manufacturier… mais à pas à n’importe quel prix ! L’ancien de la FIA dit qu’il s’opposera à ce qu’un nouveau règlement favorise un nouvel entrant, comme l’arrivée d’un moteur 4 cylindres à la spot du V6.

« Les discussions sont longues et elles le seront encore. Mais elles sont importantes, blagues à segment, vraiment, pour définir ce que nous voulons en 2025. Le moteur est là, il y a aussi la façon dont nous voulons le opinion de la voiture évolue, parce que tout cela va ensemble. L’effort pour la durabilité écologique, est là et doit être là, ça doit être une partie importante. Il y a, comme d’habitude en Formule 1, différents intérêts qui dépendent aussi des personnes qui sont impliquées si vous voulez. »

« Ce serait formidable d’avoir de nouveaux arrivants et, en tant que constructeur présent dans ce sport, nous serions ravis d’avoir plus de concurrence et plus de constructeurs. De même, cela doit être fait de manière à préserver l’aspect compétitif de la Formule 1, de la même manière qu’une nouvelle équipe ne s’back pas à gagner tout de suite. »

« Renault est revenu il y a quelques années et nous sommes toujours sur la voie de devenir une équipe qui gagne des courses. De la même manière pour les unités de puissance, il faut que ce soit le summum du sport automobile. Il faut être difficile, il faut être exigeant, pour être un constructeur en Formule 1, donc nous ne pouvons pas non plus simplifier les règlements pour satisfaire tout le monde. Il faut que ce soit difficile et que ce soit compétitif. »

Du côté des équipes clientes, que pense-t-on alors de cette nouvelle unité de puissance ? La durabilité écologique est décisive pour Otmar Szafnauer. Mais le directeur d’Aston Martin F1 insiste aussi sur l’importance de plaire aux fans, aux sponsors, tout en maîtrisant les coûts.

« La bonne chose à faire, surtout pour un client, est d’avoir des moteurs beaucoup plus abordables pour la Formule 1. Cela doit être en accord avec le reste du monde et ce qui se extinct, la durabilité et comme Marcin l’a dit, cela doit être excitant pour les fans, donc si nous pouvons fournir cela, ce qui n’est pas facile ou si nous pouvons fournir une formule qui produit un moteur de cette façon et qui est géniale pour les fans, je pense que ce sera génial pour les sponsors aussi. Plus nous avons de spectateurs, plus nous attirons de sponsors, donc je pense que nous devrions planifier l’unité de puissance de telle sorte qu’elle soit abordable pour tout le monde, excitante pour les fans et pertinente pour les voitures de route. »

Enfin Jost Capito, pour Williams, rejoint level par level les doléances exprimées par son collègue qui dirige une autre équipe-cliente Mercedes…

« Oui, il n’y a rien à ajouter. Nous ne sommes pas impliqués dans cette dialogue et c’est donc difficile à dire. Je pense que ce qu’Otmar a dit, ce que nous attendons du moteur, ce que nous pensons être bon pour une équipe-cliente, c’est exactement ça. »

Related Articles

Back to top button
%d bloggers like this: